Elle est là, je la sens, l'Aéther se couvre de noirceur et de corruption.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rentré et sortie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mercenaire

Messages : 12

MessageSujet: Rentré et sortie   Dim 6 Nov - 6:17

La forêt d'Elïol, cette grande forêt dense, c'était la première fois qu'Aalrihaus s'y aventurai dans le but de la traverser. C'était également la première fois qu'il y allait seul, mais cela n'allait certainement pas l'arrêter. Il savait bien que nombreux dangers existaient dans cette forêt et il était prêt a tous les affronter s'il en était obligé. Avec Nox à ses côtés, il était persuadé qu'il ne pourrait pas se perdre, il traversait donc d'un pas décidé la forêt. Après de nombreuses heures à marcher dans la même direction, Aalrihaus décida finalement de se reposer un peu, histoire que Nox et lui puissent reprendre des forces.

Aalrihaus s'assit donc près d'un arbre dans le but de s’accoter dessus et son corbeau alla le rejoindre. Peu de temps après, une créature possiblement alimentée par la curiosité, s'approcha d'Aalrihaus et de son lié. Cette créature ressemblait à un reptile qui devait mesurer approximativement 30 centimètres, il était complètement vert et semblait posséder des ailes, sauf que ses ailes ressemblaient à des feuilles qu'il semblait avoir partout sur le dos d'ailleurs.

Ne dormant pas encore, Aalrihaus aperçu le petit animal. Souhaitant uniquement lui faire peur, d'un geste de la main, Aalrihaus créa une vague de feu qui disparut aussitôt en direction de l'animal qui s'enfuit immédiatement en poussant un léger cri. Se rendant compte que Nox dormait déjà, Aalrihaus ferma à son tour les yeux et s'endormit peu de temps après.

Il dormit assez profondément pour ne pas remarquer les feuilles des arbres bouger de façon inhabituelle ainsi que de légers sons semblables à ceux du lézard qui l'encerclait. Il s'était visiblement installé sur un territoire déjà habité...



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maîtresse des Masques

Messages : 212

MessageSujet: Re: Rentré et sortie   Dim 6 Nov - 7:00

Le dos contre un arbre, je me faisais envahir par la vie qui coulait en son intérieur. Non pas que j'aie des dons qui me permettent de sentir la vie et le langage de la nature, non point du tout , mais sentir la sève couler et l'énergie se propager était à la hauteur de quiconque qui aimait à observer et sentir.
Ce flux d'énergie, j'avais l'impression de le sentir à travers moi même, comme si lui et moi ne faisions qu'un; et, fatiguée par la course qui m'avait amenée jusqu'à la Matriarche de Mital, et par celle qui avait suivie pour en partir, j'acceptais avec plaisir cette source qui pompait mon énergie négative, et m'en donnait une renouvelée. Il était un cœur en lui même.
Une certaine sérénité m'envahissait alors, et j'avais perdu conscience de ma situation temporelle et spatiale.
A mon seul souvenir, je m'étais dirigée en direction des montagnes, en quête à un peu de repos. Car la vue des montagnes me rassuraient, je ne sais pour quelles raisons. Malheureusement, j'en étais encore loin; mais au final j'avais trouvé un bonheur temporaire qui me convenait.
Les yeux écartés, la bouche ouverte inspirant un air pur, la cape retenue par mes épaules et par deux bouts de ficelles nouées, posées sur mes clavicules, sous laquelle on entrevoyait un bustier de cuir avec un pantalon s’arrêtant aux mollets, telle on m'aurait trouvé, morte qui sait? , si je n'avais pas fait l’extrême effort de me détacher du hêtre.

J'aurais bientôt à me rendre de villes en villes pour répondre à des missions, observer mes membres, diriger la guilde, répondre de leurs attentes et de leur travail. Tout ceci me convenait, mais il y a des fois où l'homme se trouve un besoin de revenir sur lui même. S'en était l'occasion. Seule dans une foret, qui viendrait à me parler de telles missions réussies ou non, des exigences de certaines personnes, des derniers événements en date qui avaient mouvementé le pays, de notre participation à cela... ? Tout simplement personne. J'étais juste face à moi même, à profiter à loisir d'une absence de contraintes éphémère, jusqu'à arriver dans quelques villes connues.
Je continuais donc mon chemin en direction des montagnes.
Ce que je ne savais pas encore, c'était que mes plans seraient contrariés.

Quelques heures durant, je ne fis que marcher, buvant à quelques reprises dans ma flasque. J'espérais trouver une source à laquelle me désaltérer. Mon corps était couvert des cristaux de sels, je marchais vite en effet et d'un pas assuré et silencieux.
Je ne sais pas pour quelles raisons, ni dans quel but, peut être ma défiance de toujours quand j'étais dans un environnement inconnu m'interpella à ce moment. Je vis donc, à quelques mètres des feuilles d'arbres et d'arbustes bougés d'une manière qui n'était pas relative à la brise. Pire encore, quelques une se mouvaient, glissant sur les branches. Ma gorge se serra mais la fascination était de mise. Je regardait donc ces étranges feuilles se mouvoir avec frénésie, de loin car elles me semblaient potentiellement dangereuses( comme touts choses inconnues d'ailleurs), jusqu'à être interpellée.
En effet qu'est ce qui pouvait bien les attirer ainsi?
Mettant mon angoisse ( que je haïssais) de côté, et me rendant à la curiosité, j'approchais lentement et sans bruit du centre de leur intérêt commun sans toutefois les interpeller.

Je n'avais alors que sur moi un poignard et quelques fioles de poisons et antidotes et un explosif. Bref le strict minimum qui ne pourrait me sauver d'une attaque de toutes ces bêtes.
Celles-ci étaient extrêmement belles, cependant ne fallait il pas regarder leurs horribles gueules en cisaille et ouvertes. C'était presque si on pouvait voir une bave translucide dégouliner.
Elles gravitaient autour d'un homme robuste, aux cheveux longs, parfaitement endormi. Posé près de lui un magnifique corbeau avait étendu ses ailes et semblait mort.
Cependant les bêtes s'approchaient de lui et de l'homme, et il m'apparaissait clairement que ces deux inconscients étaient de 1: en vie et de 2: qu'ils ne le seraient bientôt plus.
Ne sachant pas quoi faire, je pris un explosif ( moi qui voulait le garder si jamais), y mettant le feu et le balançant avec une certaine précision, due à l'adrénaline, au milieu des bêtes et de sorte à ce que l'homme n'explose pas.
Si tout se passait comme prevu...
Une explosion retentit, frappant le sol par une décharge. Comme par magie, et c'était bien mon but, les lézards en sentant la terre trembler partirent en masse. Certains, quant à eux, gisaient, complétement démembrés.
Du sang tachait le sol, mais surtout les habits de l'homme et les ailes noires de jais de l'oiseau. C'était dès à présent ma préoccupation. Car on devait sortir de là avant que les bestioles ne rappliquent.

Je m'approchais alors de l'homme qui avait ouvert les yeux, comme sortant d'un mauvais rêve , et lui tendis la main.

" Prends ton oiseau. il faut partir avant qu'ils reviennent."


Ma voix à ce moment était rauque et sévère. Mes yeux lançaient des éclairs. Il avait gâché mon "congé".





C'est en agissant dans l'obscurité qu'on devient lumière.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 12

MessageSujet: Re: Rentré et sortie   Dim 6 Nov - 13:09

Arthwyn venait de quitter l'homme bizarre en le faisant trébucher, il courrait depuis un petit moment mais il n'était pas fatigué. Il avait l'habitude de courir pour fuir les gens qui le fuyaient eux-mêmes et par l'entraînement du tonnerre que son Grand Pa lui avait enseigné. Il ne savait pas où il allait mais il avançait sans jamais regarder derrière lui, comme il en avait l'habitude. D'un chemin semblable à de la boue il se retrouva en forêt sans s'en rendre compte.

Il dût marcher plus lentement à cause des grosses branches qui le gênaient pour avancer et il en arracha plus d'une mais aussi plusieurs branches qui auraient pu le griffer. Chikara, elle, Ours géante qu'elle est, avançait sans difficulté même si son terrain est la glace normalement. Ses grandes pattes écrasaient les racines et ses mâchoires puissantes et coupante arrachait les branches sans aucune difficulté.

Arthwyn, voyant l'avancer rapide de son lié, décida de l'appeler par la pensée pour monter sur son dos et profiter de la force de celle-ci pour se reposer un petit peu.

* Chikara, viens donc ici s'il te plait que je monte sur ton dos, s'il te plaît. *


L'ours s'arrêta et regarda le garçon avancer jusqu'à sa hauteur avant de le faire monter sur son dos d'un grand coup de tête et de reprendre la route au travers de la forêt sans savoir, tous deux, où il allait et voir quoi il se dirigeait. Arthwyn s'allongea sur le dos de sa chère Chikara et profita des bercements provenant des déplacements lourds et pourtant si légers de l'ours blanc si magnifique dans cet environnement si vert. Il s'endormit peu de temps ...

L'ours s'arrêta, le garçon sauta de son dos et il dit à voix haute à Chikara qui lisait dans ses pensées :

"Tu sens cette odeur de feu ? Et cette odeur de nature qui se déplace, prêt à attaquer ? Et cette odeur d'homme qui n'a rien à faire ici ?"

* Oui je la sens, c'est moi qui te transmet mon flaire jeune fou ! *

Le garçon marcha lentement pour voir ce qu'il se passait, avançait en silence du mieux qu'il pouvait avant d'arriver derrière une branche et de voir toute la scène. Une femme avait lancé une bombe vers un homme qui dormait pour le sauver de plein de gros lézards vert. Ce qu'elle n'avait pas remarqué après en avoir tué quelque uns et après s'être approchée de l'homme pour l'aider à se relever, c'est que plein d'autres lézards s'approchaient d'eux.

"Attention !", hurla Arthwyn en sautant de derrière les branches avec Chikara.

Il se concentra pour faire remonter les ombres des lézards de par la bénédiction de sa naissance, comme lui avait appris son Grand Père, pour les transpercer avec leur propre ombre alors que l'ours donnait de grands coups de pattes pour les repousser. Comme le garçon avait les yeux fermés pour se concentrer, il ne vu pas si son action avait été réussite. Si tout se passe comme prévu, tous les lézards du fait de leur petites ombres devrait être transpercer et tout le monde devrait être tranquille ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire

Messages : 12

MessageSujet: Re: Rentré et sortie   Dim 6 Nov - 17:11

De retour à la réalité si brutal soi-t-elle, Aalrihaus pris la main qu'une femme lui tendait sans poser de questions, visiblement il n'avait pas encore tout capté. De son côté, Noxcompris immédiatement et pris son envole tout aussi rapidement évitant les corps de lézards morts tombant des arbres les entourant. Un coup relevé en vitesse et avec l'aide de la jeune femme, Aalrihaus compris enfin ce qui se passait et que tout ça devait être de sa faute. Il pris son épée et se prépara au combat en disant à la femme, sans prendre le temps de la regarder encore:

- Vous n'auriez pas dû venir ici je vous est mis en danger.


Aalrihaus était prêt, mais il remarqua que les lézards étaient tous mort ... pour ensuite voir un homme.. et un ours blanc .... Qu'es qu'un ours blanc fessais ici? ... Il en avait croisé plusieurs dans les montagnes et près des rivières semis glacées. Aalrihaus fixa l'animal, il n'étais visiblement pas normal. Il s'approcha par la suite de l'homme et son ours imposant. Si c'était bien ce qu'il pensait c'était la première fois qu'il voyait un autre lié que le sien.

- Merci de votre aide


Nox, son corbeau, se déposa sur son épaule et semblait communiquer avec lui. Aalrihaus s'adressa par la suite aux deux personnes qui venaient possiblement de sauver sa vie :

- Nous devrions partir, il en a d'autre qui se dirige par ici, ils semblent arriver rapidement et en grand nombre.


Il commença à courir dans la direction que la jeune femme semblait venir et lui tendis la main pour qu'elle puisse le suivre au même moment que Nox s'envola pour prendre les devant et trouver un chemin sans trop d'obstacles pour le groupe, toujours en communication avec Aalrihaus


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maîtresse des Masques

Messages : 212

MessageSujet: Re: Rentré et sortie   Dim 6 Nov - 21:16

L'heure n'était pas à la discussion. Nous en étions tous deux conscients. Et pourtant, rien qu'une phrase, une seule "- Vous n'auriez pas dû venir ici je vous est mis en danger. " me courrouça.

"En effet je n'aurais pas du venir, néanmoins je me retrouve coincée avec vous dans ce foutu endroit. Et surtout ne me remerciez pas, avais-je envie de lui rétorquer". Mon être entier était tendu à l’extrême et mes nerfs jouaient un rôle capital, d'autant plus que ce cher monsieur avait mis bien du temps à prendre conscience de la situation. ben tiens! C'était bien un homme!
Pendant quelques secondes, desquelles mes yeux fouillaient le lieu pour trouver une issue, un cri retentit.
Je me tournais alors, et du aussitôt me jeter à terre. Les créatures tombaient comme des feuilles en été, et c'est presque si j'en aurais pleurer tellement c'était beau. Enfin j'exagère peut être un peu...

Quelques choses en elles avait disparu, peut être cette avilissement, cette horreur qu'elles dégageaient. J'en avais que faire de ceci, mon esprit ne suivait plus.
Je relevais la tête, mais un mal à l'occiput me prit. Puis ce fut au tour de mon front de m'imposer une douleur. Me tête se faisait lourde, s'en était trop pour moi. je luttais cependant contre l'inconscience, je devais rester éveillée. Pourquoi étais je si fatiguée? pourtant j'avais toujours réussi dans des épreuves beaucoup plus difficile. Quel était donc le problème.
J'avais beau souffrir de ces maux de tête, je n'en fis rien voir. M'approchant alors de ceux qui nous avaient sauvé, je hochais simplement la tête en signe de remerciement. Mon compagnon se chargeait du reste.

En quelques minutes je me retrouvais avec deux compagnons d'infortune, et qui avaient tous deux des liés. Tandis que le corbeau ne m'avait porté aucun intérêt, l'ourse blanche était stupéfiante. Jamais, avant, je n'en avait croisé et son simple pelage me donnait envie d'y toucher.
Envie de glisses mes doigts, d'y trouver une chaleur.
Mais je n'en fis rien, je restais béate. Au dessus de nous planait et le corbeau, et une menace.
Ils arrivaient.

L'homme que j'avais surpris à dormir commença à courir comme un lâche, passa devant moi en me tendant une main, comme si j'avais besoin de son aide. Je la pris cependant, peut être pour me faire un repère, ou pour m'encourager à courir malgré la douleur lancinante. Peut être aussi à la perspective plausible que je pourrais m'effondrer et donc que quelqu'un pourrait se rendre compte de mon absence.
Peu importait les possibilités. Nous fuyions.

Je ne faisais plus attention à ce qui m'environnait, ni aux branches, ni aux racines à éviter. Je n'en pouvais plus. Ma vue se brouillait à chaque pas. Dans un soupir ou un râle je me laissai tomber, ayant trébucher sur une racine.

" Courez. ", dis je faiblement.

Etait ce possible que... l'attaque des lézards... une morsure qui sait... un jet d'acide.. l'ourse... antidotes... mais où?.
Tout devenait confus, prenant des formes opaques. petit à petit je me sentis envahie pas le noir.
Spoiler:
 




C'est en agissant dans l'obscurité qu'on devient lumière.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire

Messages : 12

MessageSujet: Re: Rentré et sortie   Lun 7 Nov - 2:14

- Courez.

c'est le mot qu'Aalrihaus avait entendu au moment ou la femme lâcha prise dans leur fuite. Il n'avait nullement l'intention de la laisser tomber, c'était justement pour sa sécurité qu'il lui avait incité à prendre la fuite et jamais il ne pourrait laisser une personne en arrière. Croyant également qu'il aurait pus s'en tiré tout seul, il considérait tout de même qu'elle lui avait rendu service. Aalrihaus se projeta devant la jeune femme en tan que bouclier et déposa sa main sur le sol. Tout à coup, un mur de feu de quatre mètres de largeur et aussi grand qu'un arbre se forma, forçant ainsi les lézards à bruler vif dans leur élan tout en faisant reculer les autres pendant un moment. Un moment assez long pour qu'Aalrihaus puisse prendre la jeune femme dans ses bras et se remettre à courir, il cria ensuite à l'homme et son ourse, ne sachant pas si l'animal comprendrais:

- D'après Nox il en a une centaine si ce n'est pas plus, se serais idiot de les affronter ici

En courant, Aalrihaus s'attarda un peu plus à la jeune femme. Elle semblait tomber dans l'inconscience, il ne savait pas si elle l'entendrait, mais il lui dit:

- Pardonnez-moi, je vous apporterai en sécurité et vous irez mieux, je vous en fais la promesse et vous pourrai me traiter de tous les noms que vous voudrez

Il avait bien remarqué qu'elle semblait impatiente ou en fureur et il y avait de quoi. Bien qu'il avait de la difficulté à détacher les yeux de cette femme ainsi que ses cheveux, Aalrihaus se fit dérangé par son corbeau lui indiquant un endroit plus dégagé possédant moins d'arbres et il décida de tenter leur chance vers cet endroit en espèrent que les créatures lâcheraient prise ou alors un dernier affront...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 12

MessageSujet: Re: Rentré et sortie   Mar 8 Nov - 9:02

[HRP : désolé pour les fautes je fraude en cours ... Et pas content on m'a volé mon tour Razz]

L'attaque de Arthwyn était réussit et tous les lézards un peu trop proche tombèrent morts en moins d'un dixième de seconde. Le chemin était mais certainement pas pour très longtemps. Ils revenaient déjà … L'homme que le jeune homme venait de défendre partie en courant, prenant la main de la femme surement trop faible pour courir sentit Chikara. Arthwyn se senti obligé de les suivre pour les protèger car l'homme et son corbeau semblait plus faible que la femme en mauvaise santé.

Il courra donc derrière les deux personnages qu'il venait de rencontrer et qui n'avaient pas l'air de le fuir. Peut-être se fera-t-il des compagnons de route … Il n'eut aucun mal à les rattraper en coupant les branches avec les ombres et l'ours restait derrière pour le rattraper s'il venait à tomber. Puis il avançait et plus la lumière était proche. Les lézards aussi se rapprochait d'eux.

Arthwyn décida de passer à la vitesse supérieur. Il dépassa l'homme sombre et en coupant une branche, il le fit trébucher ! La femme qui se trouvait dans ses bras à présent, car celle-ci faillit tomber sur le sol, glissa des bras de Aal pendant sa chute et Chikara dût glisser devant lui pour rattraper Irizad sur son dos.

Le jeune garçon aida l'homme tombé à se relever et ils finirent tous par tomber sur une jolie clairière où se trouvait beaucoup de lumière et par opposition très peu d'ombre. Arthwyn ne pourrait donc surement plus tuer aussi rapidement les lézards si ceux-ci venaient dans la lumière. Chikara, elle, déposa la jeune femme vers le ruisseau dorée par les rayons du soleil et d'une douceur proche de la soie.

* Je la protègerai pendant que tu éliminera les lézards, et j'essayerai de la réveiller. Ne t'occupe pas de nous, tu peux avoir confiance *, dit l'ours à son Lié par la pensée.

Arthwyn se mit en position de combat, attendant de voir si les lézards se rapprocherai, pendant que Chikara tentait de rafraichir la femme en prenant de l'eau au creux de sa grosse patte et en la lui posant sur le visage. Elle restait à côté, comme une mère pour protéger son enfant, en jetant de temps en temps un regard à l'homme qu'elle aimait pour le défendre si le besoin se faisait voir ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maîtresse des Masques

Messages : 212

MessageSujet: Re: Rentré et sortie   Dim 20 Nov - 17:51

Perdue dans le Léviathan...
Sombrant aux mains d'une luminescence...

Ma tête pendouillait dans le vide, mon corps las de se débattre et de se mouvoir.
Cette ridicule impression d'être une poupée de chiffon me narguait dans ma semi inconscience. Mais qu'il était bon de ne plus sentir ce sang brulant, ces pressions sur mon cœur, ces élancements dans la tête.
Plus rien. Plus aucun ressentis, ni aucune peur. Juste le doux balancement aérien ( je ne me posais pas la question d'où cela pouvait provenir,ni par quelle force), juste des murmures lointains appartenant à un rêve et qui se décrochaient en écho sur un tableau d'un blanc immaculé.
Neige éternelle.
Cotonneuse.
Froide.

Leur bienfaisance glissait le long de mes joues, partant du sommet de mon front. Une autre partie coulait dans mes cheveux. Comme un simple ruisseau, le liquide serpentait entre les racines capillaires pour atteindre le but ultime: mon occiput. Ce frais massage me tira du noir.
Petit à petit, mes cils s’écartèrent, avec lenteur mes yeux s'habituèrent aux verts saisissants et lumineux qui bordaient ma vue, à un ciel dégagé d'azur.

Un mouvement, un bruit. Je tournai lentement la tête.
Les couleurs de l'arc en ciel miroitaient sur l'eau, et à plusieurs reprises je crus apercevoir des pépites d'or scintillées dans la rivière. N'étaient ce que le fruit de mon imagination. Après tout j'étais fatiguée. Mais je me sentais bien. Les quelques crises avaient disparues pour le moment.
Mes membres se tendirent, et mon corps s'éleva de quelques centimètres.
J'aurais pu me mettre assis, si je n'avais pas été arrêtée par un poids pesant et doux sur ma poitrine. Celle-ci se fit plus insistante et comme une enfant sage je dus m'allonger.
Levant la tête, je fronçai les sourcils à la vue de l'ourse.
Toujours aussi belle, toujours aussi charismatique. Il n'y avait plus qu'elle et moi.
Mes doigts se tendirent vers la patte imposante, et je me mis à faire glisser mes doigts sur les contours. Puis je passais sur ses coussinets, doucement, la paume de ma main renversée. Je frissonnai au toucher de leur rugueuse texture.
Béate...

Et puis les autres me revinrent en tête. Où étaient ils?

Je le demandais à l'ourse, espérant une réponse d'elle. Malheureusement pour moi, je ne compris pas son grondement. Je vis seulement ses yeux se diriger vers un point à l'opposé. Mes yeux suivirent le mouvement.
Mon corps s'arqua, et je roulai de coté. Direction ma besace posée tout à coté.

Spoiler:
 




C'est en agissant dans l'obscurité qu'on devient lumière.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire

Messages : 12

MessageSujet: Re: Rentré et sortie   Mar 22 Nov - 19:25

Avec l'aide de l'inconnu, Aalrihaus s'était rendu dans une clairière, là où la femme fut déposée non loin d'un ruisseau et gardée par l'ours. Aalrihaus se retourna vers les lézards sachant qu'il ne pouvait plus rien faire pour aider la femme dans le moment présent. Les rangées d'arbres qui déterminaient les limites de la clairière devant eux étaient à présent remplis de vert, il était impossible de voir les troncs d'arbres, seul des feuilles qui bougeaient dans tous les sens étaient visibles et on pouvait nettement entendre des cris stridenst venir de ces créatures.

Aalrihaus se plaça à côté de l'homme prêt à se battre à ses côtés, deux contre une armée. Nox lui, il volait autour des deux, prêt à donner toutes les informations possibles à Aalrihaus selon le mouvement des lézards et si la femme et l'ours pourraient avoir besoin d'aide. Il prit son épée à son dos et se plaça en position de combat. Au même moment que la lame de son épée s'enroba de feu, il s'adressa à l'inconnu à côté de lui

- Tout s'est passé si vite, je me nomme Aalrihaus

Aalrihaus reporta son attention en direction des arbres, à ce moment, les lézards sautèrent des arbres planant dans le ciel et se mirent à courir par la suite dans la direction du groupe tel une armée. Les yeux d'Aalrihaus s'illumina et un sourire se dessina dans son visage. Maintenant que la femme était plus en sécurité, il était prêt à faire un massacre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maîtresse des Masques

Messages : 212

MessageSujet: Re: Rentré et sortie   Mar 22 Nov - 22:09

En effet une nuée verte s'approchait de plus en plus avec une vitesse déconcertante. Puis leur position se stabilisa, rien qu'en apparence. car devant moi s'étendait une véritable vague émeraude, de laquelle on discernait avec grande difficulté les couleurs boisée.

Ma main fouillait vace empressement dans le sac... jamais je n'avais eu affaire au poison mais pendant mon inconscience quelque chose avait chuchoté à mon oreille un remède.
Trois gouttes d'argan, une de sève de pin, et une longue tirée de sang frais.
Or aucun animal en vue. Je tirais mon poignard de ma ceinture.
La lame se mouvait sur une partie de ma main, cherchant où se faufiler, où déchirer le derme.
Un doux et léger chuintement s'entendit, les armes des deux hommes étaient tirées.
Vite... vite... toujours plus vite... vite...

Je serrais mes lèvres et entrepris de faire glisser l'argent acéré. Un bruit de papier qu'on froisse, qu'on craquelle. Une pointe écarlate qui fait son apparition, s'étend, coule le long de ma main. Que c'est beau.
Les pupilles enthousiastes, brillant d'un étrange feu qu'on aurait pu me prendre pour une folle, je regardais le ruisseau pourpre; puis y bu comme si il aurait s'agit d'une source d'eau claire.
Le gout du sang m'enivra.
Il faudrait quelques heures avant que le contre poison agisse mais je me sentais déjà prise d'un élan nouveau.
J'attrapais mon poignard, et quelques fioles de poisons que j'accrochai d'un geste expert à ma ceinture.
Il fallait maintenant entrer dans la bataille. Il fallait demander des armes efficaces.
Car seule avec mon petit poignard je ne pourrais rien.

Spoiler:
 




C'est en agissant dans l'obscurité qu'on devient lumière.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 180

MessageSujet: Re: Rentré et sortie   Mar 22 Nov - 22:47

Spoiler:
 

Incroyable! La grande prêtresse lui racontait toutes ces choses. Khaïos était tellement absorbé par les récits épiques de la prêtresse qu'il n'osait pas dire un mot, de peur de la couper dans son magnifique récit. Ils arrivèrent ainsi à une rivière, alors tout en écoutant les récits de la prêtresse, il la guida le long de la rivière. Malheureusement, c'est à ce moment que Khaïos perçu un bruit de métal très loin devant. Un combat imminent? Il se mit à marcher beaucoup plus vite le long de la rivière. Plus il s'approchaint, plus il entendais de petit cris stridents. La prêtresse voyant que le brave guerrier marchait de plus en plus vite, courrait même maintenant, cessa de raconter ses magnifiques histoires. C'était dommage et l'ennemi qui les avaient intérompu allait payer cher cet affront envers la prêtresse. Les cris stridents se faisaient de plus en plus forts. Khaïos pouvait sentir l'odeur du sang dans l'air ainsi que l'odeur du metal. Pas de doutes, des gens combattaient. Khaïos dégaina sa lourde épée, il s'assura que la prêtresse arrivait à le suivre. Elle volait derrière lui. Elle volait. C'était époustouflant. Cet être divin devait être protéger, et s'il y avait un ennemi dans les parages c'était son devoir de l'affronter pour la protéger. Ou peut-être était-ce par pure goût du combat et de bataille? Sa faisait longtemps que le guerrier Norvael n'avait pas mener un vraie combat digne de ce nom.

Ils arrivèrent alors dans une clairière. Khaïos vit alors une femme avec un ours sur le bord d'une rivière, et deux hommes avec un corbeau. Une centaine de lézards leur fonçant droit dessus. Pas besoin de se poser de questions. L'ennemi était certainement les lézards. Khaïos se retourna vivement vers la prêtresse:

-Reste en sécurité!

Puis en quelques enjambés à peine il parcouru la clairière En poussant un énorme et terrifiant cri de guerre il sauta devant les deux hommes. Atterissant au milieu de la tonne de lézards, tranchant six d'entres eux d'un seul coup de sa puissante Gramnir, le sourire aux lèvres.

Enfin un vraie combat.

Spoiler:
 


Dernière édition par Khaïos le Mer 30 Nov - 7:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 12

MessageSujet: Re: Rentré et sortie   Mer 30 Nov - 6:23

Spoiler:
 

Arth se trouvait à côté de l'homme dont il connaissait à présent le nom, il s'appelait Aalrihaus. Il le regarda sortir son épée, prêt au combat et l’enflammer de son élément pour augmenter les dégâts qu'il pourrait faire avec. Au dessus des deux hommes, le corbeau volait en rond mais n'était pas en posture de combat, il n'aiderai surement pas au combat mais donne surement des informations sur la progression du combat à son maître.

Le combat allait commencer, le jeune garçon gardait toujours un oeil sur la demoiselle encore très vulnérable et Chikara lui dit toutes les minutes si ça allait toujours et si son état s'améliorait ou s'aggravait. Pour le moment, la femme avait des yeux à demi clos, faible et encore incapable de marché ou de bouger. L’inquiétude d'Arth l'empêchait de se concentrer dans le combat mais il essaya tout de même.

Il voulu tenter à nouveau un coup comme dans la forêt, il se concentra, regarda la progression des lézards, en tua une dizaine mais rien de suffisant. Il décida ensuite de bloquer simplement leur avancé du mieux qu'il pouvait. Les lézards pouvaient presque toucher les pieds des deux hommes lorsque Arthwyn créa une demi bulle avec les ombres juste devant les lézards. Coupant leur avancé, il suffirait de les tuer avec autre chose que du corps à corps pour le combat se finisse. Mais rien n'assurait que la bulle tienne, d'ailleurs cela ne risquait pas.

* Elle viens de se couper et boit son sang ! * annonça l'ours à son maître.

Arth se retourna, lâcha entièrement sa concentration. Les boucliers d'ombres disparurent et le combat était comme avant. La femme était maintenant debout et s'avançait pour rejoindre le combat. Elle était encore faible et Chikara sent qu'elle ne tiendrait pas le combat. Elle resta donc à côté de la jolie femme pour la protéger.

"Tu ne pourras pas te battre contre des lézards avec ta petite dague !" cria l'homme en jetant son épée à Izirad. "Je me servirai de mon ombre pour me battre, ne t'inquiète pas pour moi."

Arth se créa une épée d'ombre, uniquement lié à se concentration. Pour le moment, elle était toute fine et très peu tranchante car il se faisait du soucis pour la femme toujours mal en point mais vraiment décidé à se battre. A quatre, il devrait réussir à tuer tous les lézards. Chikara défendra la femme et son lié, les autres attaqueront de plein fouet les lézards jusqu'à ce que plus aucun ne tiennes debout.

Un homme arriva en courant ... Il tua six lézards d'un coup et sourit, comme pour se venter d'être plus fort ... Le jeune homme n'allait surement pas trop l'aimer ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maîtresse des Masques

Messages : 212

MessageSujet: Re: Rentré et sortie   Sam 3 Déc - 8:19

L'épée décrivit des cercles dans les airs avant d'être attrapé par mes mains. Elle n'était pas belle, pas de celle que les grands guerriers ont, qui pèsent leurs poids. Elle était simple, assez facile à manier. La rapidité même, et l'agilité. Elle allait d'autant plus avec les vêtements de cuir de ce jeune homme étrange.
Je ne la détaillai pas, ne demanda pas l'autorisation d'enduire de poison son épée. Je le fis comme si il avait été naturel de le faire. J'enduisis par la même occasion mon poignard d'une main rapide et experte. On ne savait jamais, il fallait prévoir.

Quand je levai les yeux, je découvris à la main du maitre de l'ours... il ne me semblait pas qu'il nous avait dit son nom... ou peut être avais je oublier , une épée d'une étrange consistance.
Notant dans un coin de me tête que j'aurais à lui demander le secret de cet enchantement, je commençai à m'avancer.

Un homme me coupa la route, et se mit devant les deux hommes qui m'accompagnaient comme si ils n'étaient que des bons à rien. Il se mouvait avec une hâte et un enthousiasme dont je ne compris pas le sens.
Surement un de ces soldats idiots qui ne voient dans le combat que le nombre de victimes qu'ils vont faire et pas les conséquences.
Il en tua tout de même six d'un coup le rustre! et Avec un un certain contentement.

Les traits de mes camarades s’altérèrent et ils avancèrent pour se battre. Je fis de même de mon coté. Après tout , les lézards étaient sous tous les fronts, il fallait s'occuper de l’entièreté.
Je me sentais forte, rebelle. La présence de l'ourse me donnait d'autant plus de courage. Je pris l'épée à une main, mon poignard dans l'autre. Je l'envoyai d'une manière assez habile, Il trancha deux têtes et alla se planter dans le coeur d'un. J'irais le chercher plus tard, si je ne serais pas morte avant.
Un lézard s'avança vers moi, je ne fis que le blesser en espérant que le poison agisse. J'observai alors la suite au lieu de continuer à me battre. Cette distraction de quelques secondes me valut plusieurs écorchures et une dents plantés dans une de mes mains. Des bulles apparurent sur la peau du lézard, faisaient disparaitre l'eau de son corps. Un peu de sang coulait. Je tournais alors la tête, laissant un spectacle que j'aurais voulu encore admirer pour continuer à blesser et à m'agiter




C'est en agissant dans l'obscurité qu'on devient lumière.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Rentré et sortie   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rentré et sortie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Soeur Sourire
» Sortie de Nausicaä en Blu-Ray au Japon
» Sortie de chez le coiffeur...
» [THEME - PV] J'ai raté mon entrée à défaut de ma rentrée !
» Balotelli, hein elle est où la sortie ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Taraël :: Taraël (Territoire Connu) :: Terre d'Eräl :: Forêt d'Elïol-