Elle est là, je la sens, l'Aéther se couvre de noirceur et de corruption.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La fin de l'errance [Solo/libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Astrael

Messages : 87

MessageSujet: La fin de l'errance [Solo/libre]   Jeu 26 Jan - 9:00

/// Dans un esprit embrumé ///

Solaën n'avait que peu de souvenir. Il avait été attaqué alors qu'il parlait avec une jeune comédienne de spectacle, et puis ce fut le noir complet. Il n'avait rien vu venir, ni même sentit les choses arrivées. Depuis, il était seul, dans le noir, un espace froid et maussade qu'il savait être son esprit. Pourtant, une impression lui disait, comme un murmure presque inaudible, qu'il n'était pas seul. Ouvrant la bouche, faiblement, il dit :

-"C'est vous n'est-ce-pas ? "

Une silhouette se dessina alors dans la pénombre, bien connu de l'Astraël.

-"C'est moi en effet. Tu as du t'en apercevoir maintenant ? Surtout après ton petit exercice avec la jeune Maldorane ?"

-"Comment est-ce possible ? J'étais là ... Je vous ai assisté pour votre ... suicide ... Comment avez-vous fait ?"

Un sourire se dessina alors sur le visage du vieil homme. Un sourire que jamais de son vivant Solaën n'avait pu voir. Une expression de satisfaction si sombre qu'elle en inspire la crainte.

-"Tu as vu ce que je voulais que tu vois. Tu as cru ce que je souhaitais te faire croire. Et maintenant, c'est achevé. Tout est terminé. Tu as été de loin mon meilleur disciple. Mais il est temps maintenant que je revienne prendre ma place. Celle qui me reviens de droit. Ton corps ne possède pas mon ancienne souillure ... Cette Rose Noire qui me rongeait de l'intérieur. Grâce à ton corps, je vais pouvoir faire aboutir mes projets. Grâce à lui, Kastar va renaître. Tout cela aurait était impossible si tu n'avais pas montré une loyauté sans faille à mon égard. "

-"Vous ... Vous m'avez trompé ... Quel genre de monstre ... êtes-vous ? Espèce d' ..."

Se relevant avec mal, Solaën ne fit pas deux pas que la silhouette l'enchaina au "sol" de son esprit.

-"Allons allons. Crois-tu pouvoir me vaincre ? Reste ici ... prisonnier. ET contemple le triomphe. Rien ne pourra m'arrêter grâce à tes formidables compétences. Ce qui m'a perdu la dernière fois, je n'aurais pas à le reproduire. "

/// Dans le monde réel, au sein de l'infirmerie de l'Académie de Siell ///

Le corps de l'Astraël était étendu la, sur un lit. Des soins lui étaient constament prodigués afin d'endiguer le poison présent dans son corps. Soudain, sa main commença à remuer, puis ses paupières s'ouvrirent. S'asseyant sur son lit, l'Astraël était de reetour d'un coma long et difficile. Mais était-ce bien lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astrael

Messages : 87

MessageSujet: Re: La fin de l'errance [Solo/libre]   Mar 31 Jan - 14:51

Le poison était toujours présent dans les veines du corps de Solaën. Mais l'esprit d'Inagashimi savait pertinement comment s'en débarasser ... En fin de compte, il semble qu'une "chasse" soit inévitable. Les évenements joueraient en la faveur du Maitre qui plus est.

Se levant, l'Astraël quitta la pièce et marcha d'un pas calme dans les couloirs. Cette sensation de vie ... de contrôle ... Alors qu'un tout nouveau corps s'offrait à lui, Mataka appréciait les sensations qu'il avait l'impression de redécouvrir. Mais déjà le soir tombait, et finalement une nuit de pleine lune voila Taraël.

Sortant de l'académie, cachant sa présence dans un voile de ténèbres, Mataka aurait été incapable de dire depuis combien de temps il n'avait fait cela. La dernière fois remontait à avant la chute de l'Empire. A l'époque, il vivait à Kestraele et jouissait d'un droit unique pour sa race. Maintenant, tant de choses avaient changé, mais pas son appétit. Il sentait cette sensation l'envahir, ce désir de s'abreuver tel un oiseau de nuit.

Se posant sur un des toits de la ville, il l'a vit. Sa cible. Sous les traits d'une humaine banale, son sang serait parfait, mêlé aux pouvoirs vampiriques qu'avait jadis acquis l'Astraël. A l'époque, le sang lui permettait de survivre, mais ce soir, il serait un anti-poison parfait. Regardant la femme, il s'introduit dans son esprit, la guidant vers un lieu isolé. Puis, se posant derrière elle, il l'entoura de ses ailes et lui trancha la carotide, s'abreuvant du liquide vermeille. Pendant qu'il étanchait sa soif, son esprit récita cette ancienne incantation, tirée du grimoire de son père et qu'il connaissait par coeur. Il sentit alors la vitalité de la femme dans son sang et ne s'en délecta que plus encore. Le sang, arrivant dans ses veines, inniba les dernières traces de poison alors que la femme tombait à terre, sans vie.

Fermant les yeux, se concentrant, la quiétude de l'Astraël fut alors troublée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 5

MessageSujet: Re: La fin de l'errance [Solo/libre]   Mar 31 Jan - 15:29

Siell…pas très impressionnant. C'était une cité tout ce qu'il y avait de plus banal, selon Nazj, il n'y avait que les vergers qui s'étendaient à perte de vue qui pouvaient déclencher un quelconque intérêt, mais Nazj ne s'était jamais intéressé aux fruits ; il était bon d'en manger de temps en temps, certainement, mais le nécromancien avait une certaine préférence pour la viande. Mais la cité avait beau ne suscité aucun intérêt, la nuit et l'éclat de la lune donnaient toujours un petit éclat irréel aux endroits les plus ennuyeux, c'était fascinant…Aussi Nazj resta-t-il à contempler les murs de la cité, de loin ; il savait être patient et se délecter des jolies choses de la nature, aussi simples soient-elles, et de plus, il était en bonne compagnie : deux hommes se tenaient près de lui, l'un à sa droite, et l'autre à sa gauche, encapuchonnés et emmitouflés dans des manteaux noirs, ils étaient immobiles…et pas un seul souffle ne s'échappait de leur poitrine. Ils étaient morts, et un seul coup d'œil vers leur visage aurait pu confirmer le "diagnostique": ils avaient un teint verdâtre, et leur visage était à moitié dévoré par les vers et infesté d'œufs de mouches que Nazj avait pris soi n de retirer avant d'animer les cadavres, il n'avait pas envie qu'un essaim de petites bêtes vienne soudainement troubler son travail. Etrange chose à remarquer, cependant : ils ne dégageaient aucune odeur, ni bonne ou mauvaise, alors que des corps aussi ravagés auraient du rendre tout homme malade à plusieurs mètre alentours ! Fort heureusement, Nazj y avait pensé, et avait jeté quelques petits sortilèges pour que l'odeur ne se propage pas…Il renifla un peu sa robe, soudain curieux, et se dit qu'il devrait jeter un sort similaire sur sa propre personne, il puait le cadavre ! Bah, une autre fois peut-être…

"Messieurs…allons-y !"

Il se mit en marche, suivi des cadavres ambulants, qui avançaient d'un pas un peu raide, mais au plus noir de la nuit, on les confondrait facilement avec deux ivrognes. Le clair de lune avait perdu son charme, Nazj était à présent concentré sur son travail : derrière les murailles de cette cité, quelque chose remuait, quelque chose sombre, qui semblait appeler à lui les essences maléfiques de la contrée. Ou tout du moins c'était ce dont Nazj avait eu l'impression quelques heures auparavant, au crépuscule, tandis qu'il lisait pour la énième fois un passage de son lourd grimoire qui gardait encore de nombreux secrets. Il avait senti le réveil d'une puissance noire aux accents familiers, et sa curiosité avait été titillée, il avait décidé de se mettre en marche et de tirer tout ceci au clair. Et sur sa route, il avait croisé deux cadavres dans un fossé en bord de chemin…il en avait profité pour s'offrir une sorte de garde rapprochée, ce n'était jamais de refus.

Nazj entra dans la cité sans trop de peine, les portes étaient peut-être fermées, mais la poterne n'était pas gardée, et c'était par là qu'il était entré, et il commença à chercher. Il devait se concentrer, "l'appel" n’était pas si fort que ça, il n'aurait jamais entendu l'écho de ce pouvoir s'il n'avait pas été en pleine étude de sombre sorcellerie. Ils déambulèrent dans les rues, parfois changeant brusquement…c'était rageant de ne pas savoir ce qu'il cherchait, mais Nazj gardait son calme, il savait par expérience que tout vient à point à qui sait attendre…et une fois de plus, cet adage se trouva être vrai. Quelqu'un incanta quelque chose, Nazj le sentit ! Un pouvoir sombre qu'il connaissait…son visage se fendit d'un sourire carnassier, et il pressa le pas. Et au détour d'une ruelle, il trouva ce qu'il était venu chercher, et il en fut un peu surpris…il ne s'attendait certainement pas à trouver un vampire ailé à Siell, oh que non ! Le cadavre d'une jeune femme gisait devait une sombre figure qui dégageait une aura étrange. Encadré par les deux cadavres, Nazj frappa le sol pavé de sa canne pour attirer l'attention de cet étrange personnage.


"Un tel pouvoir, gâché pour de la viande…vous manquez d'ambition, j'ose espérer que ce repas en valait la peine ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astrael

Messages : 87

MessageSujet: Re: La fin de l'errance [Solo/libre]   Mar 31 Jan - 17:44

Laissant son visage dans l'ombre, l'Astraël se retourna pour faire face à 3 silhouettes. Dans l'une d'elles, celle portant la canne et d'où provenait la voix, le sang circulait encore. Les autres n'étaient que servants. Mais ce visage n'était guère familier au dirigeant de la Guilde Aethérians. Par nature, fou était l'homme qui voyait l'Astraël se livrait à pareille ignominie. Pourtant, durant un instant, Mataka renonça à une approche agressive de celui-ci. L'être en face de lui dégageait ... une impression qui suscita l'intéret. Mais comprenait-il la différence entre eux deux ?

Mataka n'en avait que faire. Qu'il la comprenne ou non, cette dernière allait lui apparaitre. Regardant les deux cadavres de l'homme, Mataka les enflamma, les réduisant en poussière. Un corps mort n'avait pas à prendre par à cette "entrevue" ... encore moins deux. Puis Mataka se concentra sur l'objet de curiosité : cet homme. Penchant la tête d'un coté à l'autre, l'examinant sous tous les aspects, il se révelait être une intrigue. Apparence occulte, odeur nauséabonde, ... tout l'extérieur reflètait sa noirceur interne.

-"Ce dont je suis sur, c'est que vous n'êtes pas de Siell. Et que le corps que j'habite n'a aucune connaissance sur vous ... C'est très mal élevé pour un utilisateur de l'Astre du Sang de ne pas se présenter ainsi ... Qui êtes-vous ? Et surtout, ai-je raison de vous laisser parler ... ou dois-je abréger cette conversation et par la même occasion votre vie si éphèmère ?"

Mataka prit exprès une voix d'outre-tombe, de manière à marquer son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 5

MessageSujet: Re: La fin de l'errance [Solo/libre]   Mer 1 Fév - 0:31

D'un coup d'un seul, les deux "compères" du Seigneur Nazj s'enflammèrent, et furent très vite réduits en cendres…Nazj ne leur accorda qu'un bref regard à chacun. C'était dommage, se dit-il, deux gardes du corps lui donnaient un certain charisme, il allait devoir les remplacer, mais ce n'était pas les cadavres qui manquaient, il allait appeler un autre servant un peu plus tard sans doute, il en avait un bon nombre dans son musée des horreurs. Une autre chose le chagrinait, cependant : il n'avait pas pensé à ériger des défenses magiques autour de lui et son esprit, et cela aurait pu très, très mal tourner, car la créature devant lui semblait plus dangereuses qu'il ne s'y attendait, et ce n'était pas très bon…mais Nazj était lui aussi un homme dangereux. La voix qui lui parla l'intrigua un peu plus encore ! Cela ne venait certainement pas d'un être vivant, oh que non, Nazj connaissait trop bien les voix d'outre-tombe, il les avait côtoyés toute sa vie, ou presque…il s'était attiré dans une situation bien étrange, mais soit, c'était le pouvoir qui l'y avait appelé, il allait voir ce qui allait se passer.

Ce qu'on lui demanda ne lui plut pas…qu'il se présente ?! Lui, le Seigneur Nazj ? C'était fort inhabituel, et peu plaisant, et une grimaça d'agacement tordit son visage un moment. Qui était donc cette chose pour oser ainsi le prendre le haut ? Un Astriell, oui…comme toutes les races immortelles, l'arrogance semblait inscrite dans leurs gènes, et Nazj n'aimait pas l'arrogance. Mais étais-ce vraiment un Astriell ? Le corps, certainement, on ne pouvait s'y tromper, mais, apparemment, quelque chose d'autre y habitait, quelque chose de puissant…peut-être l'origine du pouvoir qui l'appelait ? Un être doublement immortel ne pouvait être que doublement arrogant, et l'idée même agaça le nécromancien. Mais soit, il était curieux, il allait répondre à ces questions stupides, il n'avait rien à cacher, mais qu'on ne lui demande pas de faire des courbettes…


"Je suis le Seigneur Nazj, et il me semble bien plus mal élevé de boire le sang d'une inconnue sans en demander la permission. Vous me laisserez parler et m'écouterez, quant à ma "vie éphémère", nous savons tous les deux, j'espère, que le noble art que je pratique offre quelques avantages, et je ne suis pas prêt de mourir, que ce soit le temps ou vous-même qui tentiez de m'assassiner. À présent, à vous de me répondre, chose dont le nom m'importe peu ; vous n'êtes certainement pas une créature naturelle, et votre simple présence appelle la magie noire…Et c'est le pourquoi de votre présence qui m'intéresse, j'ose espérer que ce ne sont pas les pommes qui vous attirent ? Ce corps n'est pas le votre, et ce pouvoir n'est pas le sien, vous ne semblez pas disposer de chair pour vous seul…dites-moi, êtes vous mort et avez-vous trompé la tombe ? Êtes-vous si faible que vous ne pouvez renaître dans la chair ?"

Et voila que Nazj utilisait le sarcasme et la moquerie devant une créature qui ne semblait pas disposée à apprécier…et qui n'était pas faible, non, contrairement à ce qu'il avait pu dire…ou tout du moins, si elle l'était, elle usait de moyens qui trompaient Nazj, qui ne savait pas à quoi il avait affaire. Il se concentra, et sentit le pouvoir couler dans ses veines, et des protections s'ériger, si cette rencontre devait devenir violente –ce que Nazj n'espérait pas, les duels et les combats étant fastidieux- il serait prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astrael

Messages : 87

MessageSujet: Re: La fin de l'errance [Solo/libre]   Mer 1 Fév - 8:25

Nazj ... Un mot méconnu de tous ... Comment un simple humain pouvait-il le connaître ? Comment pouvait-il le porter ? L'homme venait à la fois de trop en dire et à la fois pas assez. Se pouvait-il qu'il connaisse cette langue ? ... Mais visiblement, il n'était pas plus vieux qu'il ne paraissait. Ses questions, il ne semblait pas en connaitre les réponses ... et d'un autre coté, il portait ce nom. Etrange phénomène que la nuit venait d'apporter à Siell.

-"Seigneur Nazj ? Un mot de notre langue actuelle, complété d'un autre d'une langue oubliée. A choisir entre les 2 sens du mot, je suppose que c'est la traduction "Peste" qui est à l'origine de ce choix, car c'est bel et bien un choix personnel que de porter pareil nom. Il est improbable, en effet, que votre mère ai choisit un titre pour vous nommer. Quand à l'autre signification du mot, "Roi", elle n'est d'aucune utilité avec le titre que vous portez, et serait donc un pléonasme. Ce qui m'étonne ... C'est que vous portiez ce nom. Je n'ai jamais rencontré qu'une seule personne capable de lire ou de parler cette langue. Même si elle a jadis rendu mon travail plus facile, je n'ai jamais eu telle facilité. Est-ce à dire que vous êtes son allié ? "

L'Astriell se tût un instant, avant de rire et d'ajouter :

-"Non ... Jamais elle n'aurait toléré un être tel que vous. Alors, je me demande comment vous pouvez connaitre pareil language ... Mais vous avez répondu. Aussi je vous répondrai. Ce pouvoir ... c'est bien celui de l'Astriell qui est devant vos yeux. Même face à vous, ses capacités suffiraient pour mettre fin à votre existence, simplement parce que jadis, j'ai veillé personnellement à son apprentissage. Quand à moi, je suis ce que vous voyez ... De la magie noire vous dites ... Non ... Rouge. La magie du sang dans toute sa splendeur ... Dans ce que certains ont nommés "Les Arcanes Interdites" et d'autres "Oubliées". Pourquoi n'ai-je pas mon propre corps ? Parce que jadis, il était préférable que je l'abandonne ... Le corps est par définition corruptible, mais ce que je suis devenu, il vous serait difficile de l'anéantir ... "

La curiosité d'Inagashimi était titillée, mais que faire ? Soumettre et sonder ... ou dialoguer sur un échange. Choix difficiles, avenirs différents. Inagashimi, à une époque, aurait beaucoup donné pour trouver la possibilité que quelqu'un sache déchiffrer les parties obscures du grimoire en sa possession. Etait-ce là une réponse des Dieux ? Et si oui, accepterait-il seulement de partager ses secrets avec pareil inconnu ? N'avoir rien à craindre d'une personne, cela voulait-il dire avoir "confiance" ? D'une voix sombre et glacée, il dit :

-"Et maintenant ? Que vais-je donc faire de vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 5

MessageSujet: Re: La fin de l'errance [Solo/libre]   Jeu 2 Fév - 22:27

Ah, le langage…étonnant, étonnant ! Nazj pensait lui aussi être le seul à le connaître, sa surprise devait être à la hauteur de la chose qui se trouvait devant lui, mais il ne la montra pas, il haussa juste le sourcil gauche…il ne fallait pas montrer le moindre signe de faiblesse ou de défaillance devant cette…chose, qui se montrait très confiante. En temps normal, Nazj aurait tendance à considérer quelqu'un d'aussi confiant comme totalement stupide, mais il y avait quelque chose de différent chez cet être, et ça ne lui plaisait pas. Et ce qu'il détestait également, c'est qu'un être mort lui parle sur ce ton ! C'était lui, Nazj, qui commandait aux morts, lui et lui seul ! Et les autres nécromanciens, certes, quoique Nazj avait tendance à penser qu'il était plus doué que les autres…Les morts, ne parlent que si on le leur demande, les morts se réveillent quand LUI le demande, et aucun mort ne le commanderas, jamais ! Mais soit, soit. Il n'allait pas risquer sa vie pour une question de fierté, il était plus sage que ça, même s'il bouillonnait de rage intérieurement.

Il cligna des yeux, et reporta son attention sur la présente situation…il se dit vaguement les digressions se faisaient plus graves avec l'âge, mais qu'il se pencherait sur la question un peu plus tard. Que disait l'Astriell ? "Son" allié ? De qui parlait-il ? Cela ne lui plaisait pas beaucoup…parlait-il de la Mort elle-même ? De cette douce Dame qui attendait tout être dans ses bras froids et aimants ? Si tel était le cas, alors oui, il en était certainement l'allié…mais sinon, il n'était l'allié de personne, Nazj travaillait pour lui et lui seul, et ses intérêts n'étaient ceux de personne d'autre. Et d'après ce que Nazj comprenait du discours énigmatique de la chose, il était question d'une personne tangible, bel et bien réelle…Nazj allait donc être contraint de décevoir son interlocuteur. Il allait de faire d'ailleurs, il était sur le point d'ouvrir la bouche, mais voici que l'Astriell, ou la chose qui l'habitait, reprit la parole ! Et Nazj ne put que grogner d'irritation. Et voila qu'il devenait plus prétentieux encore ! Mettre fin à son existence, à lui, le Seigneur Nazj ? Oh non, non on ne se débarrassait pas de lui aussi facilement, il avait peut-être l'air d'un vieillard sénile, mais sa puissance était considérable, la chose n'arrivait-elle donc pas à la sentir ? Dommage pour elle, sans doute allait-elle être surprise si d'aventure elle décidait de se faire violente…

Et la chose continua à parler encore et encore ! Rien ne semblait pouvoir l'arrêter…et décidément, elle ne semblait pas désireuse de gagner l'estime de Nazj, car voila qu'elle chipotait sur des termes sans importance…Magie Noire, Magie Rouge, peu importait, par les boules du Diable ! La magie n'a pas de couleur, la différencier ainsi est une métaphore pour les simples d'esprits qui s'était incorporée dans le langage, la magie noire pouvait très bien apparaître aux yeux du monde comme était mauve, bleue, jaune ou rose, schématiser ainsi quelque chose qui ne pouvait l'être mettait Nazj en rogne…Et maintenant, qu'allait-il advenir de lui ? Oh, ça Nazj le savait parfaitement.


"Allons, créature, ne soyez pas stupide ! Les pratiquants de mon –ou de notre- art se font de plus en plus rare ! La caste des nécromanciens voit ses rangs se réduire peu à peu, et notre pouvoir court immanquablement à sa perte, ceux qui tentent de l'apprendre par eux-mêmes meurent dans la plupart des cas, et de leur propre fait, que gagnerez-vous à tuer un des plus puissants représentants de notre art ? Je ne cherche qu'à rendre au pouvoir une certaine…gloire" termina-t-il en souriant cruellement.

Une certaine gloire, oui, exactement, c'était amusant rien que d'y penser. Il n'allait pas dévoiler ses projets à la créature, oh que non, et donc une petite entorse à la réalité ne ferait de mal à personne…pour ainsi dire.

"Je suis certain que vous et moi avons plusieurs secrets à partager, qu'en dites vous ? Votre savoir est ancestral, certes, mais j'ai passé ma vie à donner une force nouvelle aux arts noirs, nul doutes que certains des dons en ma possession et certains de mes savoirs vous sont inconnus…qu'en dites-vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astrael

Messages : 87

MessageSujet: Re: La fin de l'errance [Solo/libre]   Ven 3 Fév - 8:34

Partager leurs secrets ... Cela aurait été intéressant à une époque ... Mais se pourrait-il que ça le soit encore ? Une énigme intrigante. Mais Mataka avait toujours proné le mérite. D'un autre coté, jamais son ennemie n'aurait misé sur pareil allié ... Ce Seigneur Nazj pourrait bien être la continuité de Mataka. Comme son successeur s'il venait à perdre ... En supposant que ce soit possible. Mais avec elle, tout avait toujours était possible ? Combien de fois avait-il du se montrer prudent ?

Le nécromancien commença à devenir aux yeux de l'Astraël cette chose désirable, aussi précieuse que l'or ou les coraux pour les simples mortels. Un atout de choix dans une partie d'échec depuis longtemps entamée. Rentrant les ailes dans le dos de son corps de substitution, il avança d'un pas léger vers l'homme pour passer à coté. Une invitation à le suivre ...

-"J'ai en ma possession une espèce de bouquin, que j'ai moi-même contribué à compléter. Un ouvrage qui m'a jadis permis de bien merveilleuses choses. Vous en faire cadeau pourrait être une possibilité ... Encore faut-il en être digne ? Votre propre noirceur ne fait certes aucun doute, ce qui me laisse penser que vous en seriez digne ... Mais en avez-vous le potentiel ? "

S'arrêtant, l'Astraël releva la tête et regarda un couple d'amoureux qui se trouvait en haut de la rue. Manipulant leurs esprits, il les attira, les faisant descendre la rue à leur rencontre.

-"Il ne me verront même pas ... mais vous ... ils savent déjà que vous êtes la. A peine verront-ils vos yeux qu'ils sauront ce que vous êtes à la manière dont je le sais. Que ferez-vous alors ? Tenterez-vous de vous cachez ... ou serez-vous à même de vous délectez d'eux ? Quel sort réservez-vous à ceux qui veulent vous nuire ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 5

MessageSujet: Re: La fin de l'errance [Solo/libre]   Lun 6 Fév - 1:09

Un livre ? Voila qui fit dresser les oreilles de Nazj. Un livre, et tout particulièrement un livre de cette nature, était toujours très intéressant, lui-même avait à la source de son pouvoir un grand grimoire dont de nombreux secrets lui échappaient encore, et il avait, depuis quelques années, commencé à écrire son propre ouvrage, y mettant ses découvertes et études sur des sujets restés dans l'ombre. Il était intéressant de voir que malgré des générations de sorciers qui ont étudié la nature et la magie pendant des siècles et des siècles, il y avait toujours quelque chose de nouveau à découvrir, et tout nouvel aspect de la magie, si minime soit-il, est une découverte capitale. Aussi Nazj prenait-il parfois le temps de s'arrêter dans son travail, et de commencer à étudier…beaucoup de choses l'intéressaient, comme les étoiles et les forces qu'elles cachaient, les ombres et ce qu'ils chuchotent à qui peut l'entendre, ou ce que l'on peut tirer du bois d'un arbre aux pendus…tout était si fascinant, et il avait si peu de temps pour les étudier…

Mais il cessa d'y penser, et revint enfin à la réalité…et il se demanda ce que l'Astriell, ou plutôt la créature en qui le possédait, comptait faire. Nazj sentit la magie dans l'air, et vit un couple de deux jeunes gens approcher…et la chose dont Nazj ignorait toujours le nom s'expliqua…Et Nazj fut un peu surpris. Peut-être même déçu ? Il tourna la tête vers l'Astriell, le sourcil gauche haussé.


"Et qu'espérez vous que je fasse, exactement ? Que je les tues ? Pensez-vous que je n'en suis pas capable ? Me voila déçu, je pensais que vous pouviez sentir le pouvoir d'un être tel que moi. Pourquoi devrais-je les tuer, exactement ? Parce qu'ils auront pris peur ? Il n'y a rien qui pourrait me faire plus plaisir ! Pensez-y, ce couple insouciant sors la nuit sans crainte, comment pensez vous qu'ils verront leurs prochaines nuits après ma rencontre ? Nuls doutes qu'ils trembleront, et que leurs rêves deviendront cauchemars ! Cette simple pensée est un délice. S'ils appellent la garde, soit, je les enverrais à la tombe, et tout être qui aurait pu être alerté, mais on ne peut raisonnablement tuer tous ceux qui se trouvent sur notre chemin, la tâche est bien trop grande, bien trop longue, on ne peut espérer tout éradiquer en tuant un par un tout ce qui respire, oh que non, les vivants se bornent à survivre, coute que coute, ils y perdent leur fierté et leur dignité, ils seraient capable de se nourrir de leurs propres déjections si cela leur permettait de survivre !" Sans qu'il ne s'en rende compte, la voix de Nazj s'était peu à peu emplie de rage, et il tordait ses mains sur sa canne comme s'il cherchait à briser le cou d'un animal qui ne se trouvait pas là. "Réduits à l'état de cloportes grouillants sous une pierre, ils survivraient, et ne comprendraient pas l'absurdité de leur situation, et il ne leur viendrait même pas à l'esprit que la mort serait une délivrance. Non, créature, on ne peut pas tuer les vivants un par un, il faut frapper un grand coup, tout effacer, tout éradiquer, et ne laisser que des cendres stériles."

Soudain, Nazj se rendit compte qu'il s'était laissé emporter, et il se renfrogna en grognant. Voila qui n'était pas dans ses habitudes, de discourir ainsi. Ce genre de poussées de haine et de rages arrivaient souvent, oh oui, mais dans le silence de son esprit, et non pas à portée d'oreilles grandes ouvertes. La chose à côté de lui avait-elle usé de magie à l'insu du sorcier ? Tout cela le mit en colère, et il fallait qu'il la passe sur quelqu'un.

"Soit, qu'ils meurent !"

Nazj lâcha sa canne, qui resta parfaitement droite, sans tomber, et il écarta les bras le plus possible tout en les baissant et en ouvrant grand la paume de ses mains. Il se concentra, et pendant un instant, rien ne se passe…mais bientôt, d'étranges lueurs blanchâtres commencèrent à apparaître sous ses mains, deux grandes formes indistinctes, mais qui semblaient devenir de plus en plus tangibles…Et bientôt, des grognements surgirent de ces lueurs, des bruits de bêtes sauvages ! On put enfin reconnaître des formes : c'étaient deux énormes loups fantomatiques ! Blanchâtres aux quelques reflets bleutés, leur gueules garnies de crocs étaient dégoulinantes de bave, et leurs yeux verdâtres luisaient férocement. Les doigts de Nazj étaient pliés comme des serres au dessus de leur cou, comme s'il les tenait en laisse, et il observait fixement le couple qui regardait, subjugués et terrifiés, les apparitions spectrales. Puis le sorcier détendit les doigts, et les loups fantômes bondirent sur le couple en aboyant furieusement ! Les pauvres victimes tentèrent de s'enfuir en hurlant, mais elles furent très vite rattrapées. Ce qui s'en suivit fut brutal et sanglant, mais Nazj ne détourna pas les yeux pour autant. Chair et sang volaient dans les airs, et très bientôt les hurlements de souffrances s'éteignirent…alors Nazj balaya l'air de sa main, et les loups disparurent comme s'ils étaient faits de fumée…Puis le sorcier tendit le bras gauche en avant, paume vers le ciel, et ramena son bras à lui d'un mouvement sec ! Les deux cadavres déchiquetés se relevèrent alors, dans un état épouvantable, l'un avait la mâchoire inférieur à moitié décrochée, l'autre avait perdu une main, et il leur manquait à tout deux d'énormes quartiers de chair de-ci de-là, les organes qui leur restaient étaient visibles par un trou béant dans leur ventre. Ils se dirigèrent vers Nazj et son "compagnon" comme des marionnettes défectueuses, comme si chaque articulation de leur corps avait été brisée. Le sorcier se tourna vers l'Astriell.

"Peut-être ferions-nous mieux de nous en aller ? Je pense que ces hurlements auront alerté quelques personnes, qui s'empresseront d'avertir la garde une fois leur terreur passée, et j'ai autre chose à faire que de réduire toute une cité en cendres, je préfère travailler dans l'ombre, et ne pas être recherché partout dans le monde."

Sur ce, il prit sa canne qui n'avait pas bougé, fit volte-face, et commença à s'éloigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astrael

Messages : 87

MessageSujet: Re: La fin de l'errance [Solo/libre]   Mer 8 Fév - 9:05

Solaën contempla le spectacle. Ce Seigneur Nazj savait y faire ... Mais il était une vraie tête de cochon. Eradiquer tout le monde ... Voila bien un but que n'aurais jamais poursuivi ce qu'il s'obstinait à nommer "créature". Mais tout test demande des cobayes. Peu importe que ceux-ci en alerte d'autres. Peu importe que les gardes viennent. La notoriété de Solaën, ainsi que ses pouvoirs n'en avaient rien à craindre.

Cependant, l'Astriell suivit l'homme à travers un dédale de chemin, curieux de savoir vers où il irait pour échapper à de possible représailles. Le suivant ainsi, Solaën commença alors à entendre le doux bruit de l'eau, s'échappant ainsi d'une fontaine. Doux son mélodieux, qu'apprécient tant de gens, sans même se douter que la fontaine elle-même renferme le plus beau des savoirs.

Alors que les deux nécromanciens arrivèrent à la place, Solaën admira la dite fontaine un instant. Celle-ci, comme d'accoutumé, était au centre, avec une statue ornementale reprèsentant une femme Sÿlan entraint de lire un livre ... Une oeuvre de sculpture incroyablement bien réalisé, jusqu'au détail.

Agissant alors sur le sol sous les pieds du Seigneur Nazj, Solaën emprisonna ses jambes dans une couche de terre bien solide.

-"C'est bien une chose que j'aime avec la terre. Pas de sang en elle ... Elle est un atout précieux face à un simple nécromancien ... "

Solaën s'approcha alors de la fontaine et en stoppa l'écoulement, cessant ainsi le trouble de l'eau, la rendant limpide et pure. Faisant apparaitre dans le fond des boules de lumière, il révèla ainsi un texte que personne n'avait jamais su lire, écrit dans une ancienne langue et le lit, projettant l'image à l'esprit de son interlocuteur pour qu'il en voit les précieux caractères tirée de la même langue dont son propre nom était tirée :

-"Toutes choses se méritent. A toi qui lit ses paroles que voici, sache une chose : la source du savoir se cache là où tes yeux la voie et pourtant ne l'imaginerait pas ..."

Puis se retournant vers son acolyte de la soirée, il ajouta :

-"Alors maintenant dites-moi ... Vous qui auriez su lire ces mots que j'ai jadis écrit, pourquoi vous donnerai-je mon livre ? Il n'est pas dans la nature des nécromancien de partager ... Avez-vous seulement une raison valable qui me pousserait à vous faire pareil cadeau ... Un but peut-être ... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La fin de l'errance [Solo/libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La fin de l'errance [Solo/libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chère amie [Solo/libre une personne]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Taraël :: Taraël (Territoire Connu) :: Plaine Steelis :: Siell-